29-10-2012

 im

    mobile face

au blanc mat

d'une nuit posée

sur la table je

vois mes songes

pourrir dans les mots

d'1 langue utile : elle

monnaie le sens contre

l'expérience et

se donne pour sol

soudain-là

 

(aussi

j'habite les terres flottantes d’un sommeil lent où les mouvements de mon corps s'ajustent à la géographie mouvante des présences

 

une im

           mobilité

accompagne mes gestes

elle signe un temps

sans compte ni

décompte l'instant

s'y déploie bien

au-delà des ères : je

touche à des récits sans

témoins arpente

un passé libre d'avenir

une histoire nomade

qu’ aucune date

 n'assigne…